Bonne nouvelle: Même les socialistes aiment le marché libre!

Un sondage Gallup publié lundi a fait la une des journaux : « Quatre Américains sur dix adhèrent à une forme de socialisme. » Cependant, le titre aurait pu se lire : « Sept Américains sur dix rejettent la prémisse centrale du socialisme. »

Lorsque Gallup a demandé si « une certaine forme de socialisme » serait « une bonne ou une mauvaise chose« , 41 % ont répondu par l’affirmative et 52 % par la négative. Cependant, la réponse du public à un « socialisme » mal défini en dit moins qu’une question plus précise enfouie plus profondément dans le même sondage.

Gallup a également demandé aux Américains « s’ils préféreraient que le marché soit libre ou que le gouvernement exerce un contrôle sur plusieurs activités économiques et sociales« .

Le sondage montre que les Américains font confiance au  » libre marché  » pour s’occuper de presque toutes les facettes de la société, y compris  » la distribution de la richesse  » (+40 points de pourcentage), les salaires (+27 points) et  » l’économie en général  » (+29 points).

Moins de 41 % des personnes interrogées souhaitent que le gouvernement gère l’une ou l’autre de ces préoccupations, qui sont au cœur du socialisme. De toute évidence, certaines des personnes qui seraient en faveur du socialisme sont confuses quant aux fins et aux moyens du socialisme. S’ils s’opposent à la redistribution de la richesse et à l’intervention économique du gouvernement, quel que soit le système économique qu’ils pensent soutenir, ce n’est pas du socialisme.

La dissonance cognitive va plus loin, car Gallup note que les citoyens préfèrent que le marché s’occupe de  » deux domaines dans lesquels les politiciens démocrates ont fait des propositions pour élargir considérablement la participation du gouvernement  » : les soins de santé et l’éducation. Et leur scepticisme à l’égard du gouvernement est bien mérité.

La première ministre britannique sortante, Theresa May, voulait encourager l’apprentissage – un objectif louable partagé par de nombreux dirigeants de l’autre côté de l’Atlantique. Son gouvernement conservateur a instauré un impôt sur les grandes sociétés pour financer un nouveau programme d’apprentissage contrôlé par le gouvernement sous l’égide du ministère de l’Éducation. Les entreprises retirent ensuite ces fonds pour faire fonctionner les programmes d’apprentissage qu’elles offraient déjà.

Un nouveau rapport du gouvernement montre que le contrôle public a réduit les possibilités et nui de façon disproportionnée aux moins favorisés. Le nombre d’apprentis a diminué de plus de 125 000 après l’introduction du programme. En outre, The Telegraph rapporte que « les personnes peu qualifiées et les personnes issues de communautés défavorisées risquent d’être perdantes en raison de la préférence des employeurs pour les apprentissages de niveau supérieur« .

En termes simples, le gouvernement a imposé l’argent que ces sociétés auraient utilisé pour offrir des programmes d’apprentissage aux personnes moins qualifiées. Avec moins de capitaux à dépenser, les sociétés ont donné la priorité aux programmes de haute qualité qui leur procuraient le meilleur rendement. L’autonomisation des pauvres a été redistribuée aux bureaucrates du gouvernement au nom de l’aide aux pauvres.

Les soins de santé nationaux, eux aussi, connaissent des problèmes de plus en plus visibles. Les systèmes à payeur unique exigent le rationnement, et une cour d’appel canadienne a récemment statué que les médecins qui participent au système financé par le gouvernement du Canada doivent faciliter les avortements et les suicides assistés, même si cela viole leurs convictions religieuses profondément ancrées (et protégées par la Constitution).

Les seuls engagements que les répondants voulaient que le gouvernement prenne en charge sont la protection de la vie privée en ligne et de l’environnement – et il existe d’excellents arguments contre le fait de faire confiance à l’État pour surveiller l’un ou l’autre de ces secteurs également.

Si les deux tiers du peuple américain restent sceptiques quant à l’augmentation du gouvernement, pourquoi tant d’Américains se disent-ils en faveur du socialisme ? Remerciez les socialistes eux-mêmes pour la confusion.

Même les communistes d’aujourd’hui ont reconditionné leur dogme en hédonisme décentralisé.

La célébrité britannique Ash Sarkar qualifie son idéologie de « communisme amusant« . Elle explique : « Le communisme est une croyance dans le pouvoir des gens d’organiser leur vie en tant qu’individus – leur vie sociale, leur vie politique et leur vie économique – sans être gérés par un Etat« . Elle décrit le communisme comme « le désir de voir les structures coercitives de l’État démantelées, tout en s’amusant« .

Ce n’est pas, c’est le moins qu’on puisse dire, « l’expérience vécue » d’une nation sous le marxisme.

Les chefs religieux qui ne clarifient pas leur opposition historique au socialisme ne font que renforcer cette double mentalité. Les trois religions abrahamiques ont traditionnellement soutenu le droit à la propriété privée.

Même ceux qui brouillent les cartes en qualifiant l’Etat-providence de « socialiste » violent une objection chrétienne fondamentale au socialisme.

« Les socialistes« , écrit le pape Léon XIII dans Rerum Novarum, « en s’efforçant de transférer les biens des individus à l’ensemble de la communauté, portent atteinte aux intérêts de tout salarié, car ils le priveraient de la liberté de disposer de son salaire, et donc de tout espoir et possibilité d’accroître ses ressources et d’améliorer sa condition dans la vie. »

Heureusement, comme le montre ce sondage Gallup, même les « socialistes » présumés de l’Amérique comprennent que Dieu a créé l’humanité pour la liberté qui est mieux fournie par le marché libre.

Traduction française de « Great News: Even the socialists love the free market » par Rev. Ben Johnson pour l’ Acton Institute

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s