5 raisons pour lesquelles l’Eglise condamne le communisme comme « intrinsèquement pervers »

« Veillez, Vénérables Frères, » prévenait le pape Pie XI dans son encyclique Divini Redemptoris de 1937, « à ce que les fidèles ne se laissent pas tromper. Le communisme est intrinsèquement pervers, et l’on ne peut admettre sur aucun terrain la collaboration avec lui de la part de quiconque veut sauver la civilisation chrétienne. Si quelques-uns, induits en erreur, coopéraient à la victoire du communisme dans leur pays, ils tomberaient les premiers, victimes de leur égarement. »

Pie XI ne faisait que réitérer ce que l’Église avait enseigné sur le communisme depuis le XIXe siècle: il était plein d’erreurs, contraire au bien de l’ordre social, et incompatible avec la religion chrétienne.

Voici une liste non exhaustive de 5 raisons pour lesquelles l’Église s’oppose au communisme:

1) La propriété privée est un droit humain naturel

La propriété privée n’est pas une construction sociale qui peut être supprimée à volonté. Au contraire, elle fait partie de l’ordre social naturel et est nécessaire pour que la société soit saine et juste.

La propriété privée est le fruit naturel du travail et protège la dignité humaine puisqu’elle «assure à chacun une zone indispensable d’autonomie personnelle et familiale». Elle constitue ainsi « un élément essentiel d’une politique économique authentiquement sociale et démocratique et la garantie d’un ordre social juste. « (Compendium de la Doctrine Sociale de l’Eglise – Article 176)

Le programme visant à éliminer la propriété privée, prévient le pape Léon XIII dans son encyclique Rerum Novarum de 1891, est « souverainement injuste en ce qu’il viole les droits légitimes des propriétaires, qu’il dénature les fonctions de l’Etat et tend à bouleverser de fond en comble l’édifice social« .

2) Le communisme viole la subsidiarité

Le communisme implique le contrôle centralisé des aspects clés de la société. Ceci viole la subsidiarité, l’un des principes les plus importants de la pensée sociale catholique.

Qu’est-ce que la subsidiarité? Selon Pie XI, « on ne saurait ni changer ni ébranler ce principe si grave de philosophie sociale« , et elle est définie ainsi: « De même qu’on ne peut enlever aux particuliers, pour les transférer à la communauté, les attributions dont ils sont capables de s’acquitter de leur seule initiative et par leurs propres moyens, ainsi ce serait commettre une injustice, en même temps que troubler d’une manière très dommageable l’ordre social, que de retirer aux groupements d’ordre inférieur, pour les confier à une collectivité plus vaste et d’un rang plus élevé, les fonctions qu’ils sont en mesure de remplir eux-mêmes. L’objet naturel de toute intervention en matière sociale est d’aider les membres du corps social, et non pas de les détruire ni de les absorber. » (Quadragesimo Anno, 79) (note du traducteur: la traduction française est introuvable sur le site du vatican, le lien dirige vers la version anglaise, une version française est disponible ici)

3) La Persécution de l’Église

Parce que l’Église rejette le communisme, rejette les visions utopiques terrestres, croit en Dieu et représente un centre de pouvoir en dehors du gouvernement, les pays communistes ont toujours attaqué et tenté de réprimer l’Église catholique. On estime que l’Union Soviétique a tué des millions de chrétiens à elle-seule. (note du traducteur: voir aussi le génocide vendéen, la révolte des cristeros …)

4) Athéisme

Les communistes nient généralement explicitement l’existence de Dieu et cherchent à construire la société autour de ce déni. L’athéisme est bien sûr faux et toute vision du monde qui est construite dessus est vouée à l’échec, à l’injustice et à la destruction.

5) La guerre des classes est mauvaise et pas inévitable

La guerre des classes encourage le péché mortel de l’envie et est basée sur la mentalité destructrice du « nous contre eux ». Au contraire, tous les gens, indépendamment de leur état, sont appelés à la coopération dans la charité.

« L’erreur capitale […] est de croire que les deux classes sont ennemies-nées l’une de l’autre« , enseigne Léon XIII dans Rerum Novarum, « comme si la nature avait armé les riches et les pauvres pour qu’ils se combattent mutuellement dans un duel obstiné. C’est là une affirmation à ce point déraisonnable et fausse que la vérité se trouve dans une doctrine absolument opposée. […] Elles ont un impérieux besoin l’une de l’autre : il ne peut y avoir de capital sans travail, ni de travail sans capital. La concorde engendre l’ordre et la beauté. Au contraire, d’un conflit perpétuel il ne peut résulter que la confusion des luttes sauvages. »

Prions pour la conversion des communistes!

Traduction de « 5 Reasons the Church Condemns Communism as “Intrinsically Wrong”« 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s