La stratégie politique pro-vie ne résoudra jamais le problème de l’avortement

Traduction française de « The “Pro-Life” Movement’s Political Strategy Will Never Solve the Abortion Problem » par Michael Duchemin en 2014

Cela fait presque 42 ans que la Cour suprême des États-Unis a rendu sa décision historique, Roe v. Wade, qui a invalidé les interdictions des Etats sur l’avortement (note: c’est devenu un droit constitutionnel applicable à tous les Etats). Depuis lors, environ 55 millions d’enfants ont perdu la vie via l’infanticide légalisé par l’Etat.

Les partisans et les adversaires de l’infanticide ont tous pour ambition d’acquérir ou de maintenir une majorité de juges supportant leur point de vue à la Cour suprême des États-Unis. En tant qu’adversaire ardent du meurtre d’enfants, je crois que le fruit de cette approche est éloquent. J’ai noté ailleurs que le Parti républicain a utilisé les Pro-Vie comme des pions en préconisant une solution via la Cour suprême pour ce problème. Les républicains du gouvernement fédéral ont toutes les raisons politiques d’éviter de mettre fin à l’avortement en utilisant des tactiques qui ressemblent étrangement à celles que Lucy utilise au football américain pendant que les Pro-Vie s’écrient « AAUGH! », surpris pour la soixante-huitième fois.

RightToLife.png

Lucy et le football: métaphore du mouvement pro-vie et du parti républicain

Le cynique en moi sait que les dirigeants républicains veulent garder l’approche de la Cour suprême comme seule option pour que les électeurs continuent de voter pour quiconque est recommandé par le National Right to Life. Le National Right to Life (il semble) est devenu tout à fait satisfait d’être simplement un groupe de façade du Parti républicain. L’existence même de l’organisation dépend également du fait que l’avortement reste un problème politique national pour toujours.

Il est temps pour les adversaires de l’infanticide d’adopter une stratégie radicalement différente. Tout d’abord, posons la question hypothétique de ce qui se passerait si les supporters du National Right to Life se frayaient un chemin et non seulement annulaient Roe v. Wade mais réussissaient aussi à mettre en place une interdiction nationale des avortements. Cela résoudrait le problème de l’avortement pour de bon, non? Faux. L’avortement était un problème social avant 1973 et continuera à le rester même s’il était interdit. Voici pourquoi:

  • Afin d’imposer une interdiction de l’avortement, vous auriez besoin d’un état de surveillance aussi intrusif et omniprésent que celui présenté dans 1984 d’Orwell.
  • Si vous deviez porter un cas d’avortement au tribunal, vous auriez seulement besoin d’une personne du jury qui désapprouve la loi anti-avortement pour annuler la loi et suspendre le procès. Je doute que même les électeurs les plus zélés veuillent abolir complètement les procès devant jury pour faire respecter efficacement l’interdiction de l’avortement.
  • Cela ne ferait rien pour résoudre le problème du péché qui conduit à l’avortement.

Ce troisième point frappe au cœur même du conservatisme politique moderne et montre qu’il est en fait la même chose que le progressisme sur des problèmes différents. N’est-ce pas le cœur de la mentalité progressiste de croire que les problèmes sociaux (pauvreté, manque d’éducation, travail des enfants, affaires internationales, ivrognerie) peuvent être résolus par l’adoption d’une loi? De quelle manière significative les conservateurs de 2014 sont-ils différents des progressistes de 1914? Pouvez-vous penser à un seul problème social qui a déjà été résolu efficacement en adoptant une loi? Il n’y en a pas. Bien sûr, les Etats viendront après que l’Eglise ou le marché auront résolu un problème social comme la polygamie ou le travail des enfants. Ils adopteront ensuite une loi, puis s’attribueront le mérite de résoudre le problème (où leur loi n’a aucun effet ou aggrave la réalité) .

Au lieu de penser (et d’être) comme des républicains conventionnels, la foule pro-vie doit commencer à penser comme (et, j’espère, à devenir) des entrepreneurs, des libertariens et des anarchistes. Dans son best-seller de 1992 « The way things ought to be » (note: Comment les choses devraient être), Rush Limbaugh avait un chapitre intitulé (paraphrasé de mémoire quand j’avais 12 ans): «L’avortement: notre prochaine guerre civile». Les conservateurs semblent penser que des solutions ouvertement coercitives et politiques sont la solution pour résoudre les problèmes sociaux. Une personne avec cet état d’esprit pourrait être surprise de découvrir que tous les autres pays du monde étaient en mesure de mettre fin à l’esclavage sans guerre sanglante. Les solutions efficaces pour mettre fin à l’esclavage n’étaient pas fondamentalement politiques et n’ont pas besoin d’être politiques.

C’est une chose d’identifier un problème, mais il est plus difficile de proposer des solutions et des alternatives au problème. Je vais essayer d’offrir quelques suggestions et idées ci-dessous, mais mes suggestions devraient seulement être considérées comme un début de brainstorming des alternatives possibles plutôt qu’une liste complète. N’ayez pas peur de penser à des solutions qui semblent folles ou qui pourraient ne pas fonctionner. Voici quelques idées:

Idées pour identifier la cause profonde de l’avortement et résoudre le problème:

Parce que l’avortement est à la base un problème de péché, il ne sera jamais complètement résolu sur Terre. Les solutions ci-dessous ne résoudront probablement pas le problème en une génération. Dieu est entièrement souverain et cela arrivera selon Son emploi du temps, mais ce sont les seules vraies solutions aux problèmes basés sur le péché.

  • Prière: Il n’y a pas de substitut à cela. Je pense que si les chrétiens américains ne faisaient que participer à une élection et utilisaient le temps qu’ils consacrent autrement à voter et à faire campagne pour prier pour la fin de ce mal, ils accompliraient bien plus que tout le temps et l’argent dépensés.
  • Évangélisation: La seule véritable solution durable et à long terme à l’avortement en tant que problème social est d’avoir des cœurs, des âmes et des esprits atteints et gagnés pour Jésus-Christ. La cause profonde de l’avortement est le péché, et la seule façon de résoudre un problème causé par le péché est d’avoir des vies radicalement transformées par l’Évangile de Jésus-Christ. De nombreux centres de grossesse en situation de crise font déjà du bon travail, et il y a des gens dans les églises partout en Amérique et dans le monde qui ont fait de la sensibilisation des femmes célibataires enceintes une priorité.

Des idées pratiques pour réduire le nombre d’avortements et sauver des vies:

Ces stratégies et idées ne résoudront pas la cause profonde du problème de l’avortement, comme le feraient celles ci-dessus. Ce sont des solutions à court terme pour contrer le carnage et trouver des alternatives non coercitives au meurtre des bébés.

«L’émancipation compensée» financée de manière privée: L’une des principales stratégies qui a aidé à résoudre le problème de l’esclavage était la stratégie d’émancipation compensée. Sur une question aussi controversée que l’avortement, une solution gouvernementale ne fonctionnera jamais ici, et il serait tout aussi mauvais de piller ceux qui soutiennent l’avortement pour financer cela que de piller les opposants à l’avortement pour financer Planned Parenthood (note: Le Planning Familial américain). Donc, voici la question, est-ce que la foule Pro-Vie se préoccupe vraiment assez de ces enfants pour aider les femmes à ne pas avorter leurs bébés? Cela peut sembler grossier, mais pour tous les partisans de l’avortement, il y aura un prix auquel ils choisiront de ne pas tuer leurs propres bébés. Si une femme désespérée pénètre dans un centre d’avortement et subit les pressions de la part de sociopathes pervers qui lui disent que l’avortement est sa seule alternative, elle est plus susceptible de prendre cette décision. Mais si on lui propose une autre alternative qui la compense et épargne la vie de l’enfant, elle pourrait décider de le garder.

  • L’adoption clandestine: Si vous attendez que le gouvernement réforme le processus d’adoption, arrêtez de retenir votre souffle. La bureaucratie est la bureaucratie. Est-ce que nous nous soucions suffisamment de ces enfants à naître pour enfreindre certaines lois? Essaieras-tu de faire élire un nouveau Führer ou cacheras-tu des Juifs dans ta maison? Il y a déjà assez de sans-papiers aux Etats-Unis pour qu’il ne soit pas difficile de se cacher dans la foule. Dépensez l’argent que vous auriez autrement utilisé pour naviguer dans la paperasse du processus d’adoption officielle approuvé et utilisez-le pour compenser la mère comme l’idée précédente le suggère. Je pense qu’il y a des centaines de milliers de chrétiens sinon de millions qui seraient prêts à adopter ces enfants. Passez outre l’Establishment.
  • Laissez quelqu’un trouver un moyen de gagner un profit en empêchant effectivement les avortements: Il y a évidemment une demande pour éviter l’avortement. S’il y avait un moyen de coordonner la demande pour éviter l’avortement avec le besoin des femmes et faire un profit, alors vous augmenteriez vos chances de succès. Avec les moyens disponibles aujourd’hui comme le crowdfunding et les médias sociaux, il n’y a jamais eu de meilleure opportunité pour la connectivité globale entre les personnes qui ont des désirs non satisfaits. Je peux sentir l’assaut des objections anti-marché pharisaïques avant même que je publie cela. Avant de me faire la leçon qu’il est injuste, immoral ou inapproprié pour quelqu’un de faire des bénéfices en sauvant des bébés, vous devez répondre à ma question: Si vous aviez l’option entre un monde où les gens font des profits en sauvant des bébés ou le scénario actuel où 55 millions de bébés sont morts alors que ceux qui s’opposent à l’avortement ont cherché une non-solution politique coercitive au problème, laquelle choisiriez-vous? Quel que soit le problème, le marché est beaucoup plus à même de trouver des solutions viables qu’un planificateur central ne le sera jamais.

Conclusion:

L’avortement est une tragédie répréhensible, financée et rendue possible par un Etat répréhensible. Chercher par cet Etat répréhensible une solution à un problème qu’il a lui-même fait empirer au fil des ans n’est pas une stratégie gagnante. Jésus-Christ construit Son royaume et les portes de l’enfer n’y résisteront pas. Ce royaume ne se construit pas par l’obtention des rênes du pouvoir politique, mais par des gens qui étaient morts dans leurs transgressions et leurs péchés et qui, en rencontrant Jésus-Christ, ont été transformés de façon indélébile. Le fidèle témoignage de l’Eglise combiné avec l’ingéniosité du marché et peut-être une certaine désobéissance civile déplaceront l’aiguille dans la bonne direction. Si vous avez confiance dans l’Etat pour résoudre le problème vous vous ferez sans cesse rouler comme dans l’image de Charlie Brown ci-dessus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s