Messieurs, la meilleure façon d’aimer nos enfants est de placer nos épouses avant eux

Traduction par @catholiquelibertarien de l’article « Men, The Best Way To Love Our Kids Is To Put Our Wives Ahead Of Them » écrit par Matt Walsh sur le site Dailywire.com, publié le 29 Novembre 2017.

La traduction a été légèrement éditée ainsi que des liens ajoutés pour une meilleure compréhension par des lecteurs francophones.

Théodore Hesburgh, l’ancien président de Notre-Dame, quand Notre-Dame était encore une école catholique, a déclaré: « La chose la plus importante qu’un père puisse faire pour ses enfants est d’aimer leur mère ». C’est peut-être l’une des vérités les plus importantes que quelqu’un ait jamais exprimée au sujet de l’institution de la famille et de son fonctionnement. Et comme la plupart des vérités importantes, en particulier celles qui se rapportent à l’amour et au mariage, elle est délibérément ignorée aujourd’hui.

Dans notre culture, les conjoints ont tendance à agir comme si leur amour mutuel et leur amour pour leurs enfants étaient deux choses complètement distinctes et indépendantes. Un homme pense souvent qu’il peut trahir ses vœux et traiter sa femme comme une poubelle, tout en fournissant «de l’amour» à ses enfants. Beaucoup de femmes fonctionnent dans le même genre d’illusion. «Les enfants, je quitte votre mère et j’emménage avec la secrétaire, mais je vous aime toujours», assure-t-il.

Vraiment? Comment?

J’ai réfléchi à ce problème en lisant un article particulièrement répugnant, glorifiant le divorce et romançant l’infidélité. Apparemment, l’unité familiale ne s’effondre pas assez vite pour convenir aux élites des médias et d’Hollywood, alors ils font ce qu’ils peuvent pour hâter le processus avec ce genre d’ordures.

« Le Guide du divorce d’une Optimiste » écrit par Elizabeth Covington, une fière destructrice de foyer, raconte l’histoire de la relation de l’auteur avec « Josh ». Elizabeth a rencontré Josh – marié et père de deux filles – dans un bar lors du 12e anniversaire de mariage de Josh. Elizabeth savait que Josh était marié, mais, dit-elle, c’est un gars génial et totalement « pas infidèle » (malgré, vous savez, l’infidélité). Il est un bon mari également, mais c’est juste qu’il ne ressent plus la « passion » dans son mariage. Le pauvre Josh est « misérable« , malgré sa vie privilégiée, sa femme magnifique et fidèle et ses deux  jolies petites filles. Le seul remède à cette misère, décide-t-il, est de déchirer sa famille. pièce par pièce.

Elizabeth et Josh ont décidé qu’ils doivent « faire ce qu’il faut pour être ensemble« , même si cela signifie «infliger une douleur injustifiée aux autres» (ses mots à elle). Face au choix entre le léger malaise de la suppression de leurs désirs physiques et l’imposition du fardeau d’une vie brisée par le chagrin et le désespoir à une femme innocente et à ses deux jeunes enfants, ils ont choisi la seconde. Un couple d’humanitaires, ces deux-là.

kat-j-525336-unsplash.jpg

Ainsi, Josh a quitté sa femme, s’est retrouvé avec Elizabeth, etc et ainsi de suite. C’est un conte immonde et tragique, mais pas unique. Nous savons tous comment cela se passe et comment cela va se terminer: Josh regardera impuissant sa « passion » pour Elizabeth disparaître après 18 mois pour finalement la laisser en ruines. Pour Elizabeth, ce sera ce que le bouddhiste appelle le karma et ce que le chrétien appelle récolter ce que vous semez.

La raison pour laquelle je cite cette histoire en exemple est qu’Elizabeth affirme à plusieurs reprises qu’elle et Josh « aiment ses enfants plus que tout« . Elle revient sur ce thème encore et encore, insistant sur le fait que Josh a peut-être jeté sa femme par-dessus bord et laissé ses enfants dans la poussière, tout cela dans la poursuite d’une vie sexuelle plus excitante, mais il les aime toujours. La seule chose qu’Elizabeth n’explique pas, c’est comment aimer quelqu’un pourrait un jour impliquer de «lui infliger une douleur injustifiée».

Permettez-moi d’offrir ma propre explication:

Ce n’est pas le cas.

Josh « n’aime pas ses enfants plus que tout« . D’après les informations fournies, rien n’indique qu’il aime ses enfants. Beaucoup de parents sont automatiquement crédités  « d’aimer » leurs enfants alors même qu’ils traitent ces enfants chéris comme des accessoires et des fardeaux pour leur vie égoïste. Les parents peuvent avoir des moments, même de nombreux moments, où ils ressentent une profonde affection pour leurs enfants, mais si cette affection n’est pas constamment exprimée par l’action et le sacrifice, alors ce n’est pas de l’amour. Ces parents aiment leurs enfants à peu près de la même façon qu’ils aiment le chien de la famille – peut-être moins.

Je ne peux pas mesurer l’amour paternel de Josh, ou son absence. Mais je peux dire avec certitude que son amour pour ses enfants n’est pas la première priorité de sa vie. Il est clair que Josh a ordonné son amour de la même manière que beaucoup d’entre nous l’ordonnent. Ce que Josh aime plus que tout, c’est lui-même. C’est pourquoi il est si prêt à jeter tout le monde dans sa vie pour «suivre son cœur» et «trouver le bonheur». En fait, il est probablement plus juste de dire que ce qu’il aime avant tout, ce n’est pas lui-même, mais l’idée de lui étant heureux. Les hommes qui trompent leurs femmes se détestent généralement (non sans raison), mais ils haïssent encore plus leurs familles, et ils se soucient beaucoup plus de leur propre bonheur que de celui de quelqu’un d’autre.

C’est seulement après avoir assouvi leurs propres désirs que les Joshs de ce monde donnent la priorité à leurs enfants. Alors, quand un homme infidèle abandonne sa famille tout en affirmant, de manière insensée, « J’aime mes enfants plus que tout« , ce qu’il veut en fait dire, c’est: « J’aime mes enfants plus que tout à part mon plaisir et mon épanouissement sexuel« . Mais c’est une approche fatalement erronée sur deux niveaux. Pas seulement parce qu’il se place avant ses enfants, mais parce qu’il place ses enfants  avant son épouse.

Même s’il était vrai qu’il « aimait ses enfants plus que tout« , ce qui n’est évidemment pas le cas, il serait encore complètement à côté de plaque et sa famille serait toujours en danger d’explosion imminente. Nous renvoyons ici à la citation au début. Si nous aimons vraiment nos enfants, nous devrions d’abord aimer nos femmes. Dieu devrait, bien sûr, régner sur nos familles, mais il ne devrait y avoir aucun humain sur Terre que nous aimons plus (ou à qui nous donnons la priorité) que nos épouses.

tanja-heffner-264570-unsplash.jpg

L’amour entre mari et femme, consacré par Dieu, sert de fondement à une famille correctement ordonnée. Leur amour donne littéralement naissance à leurs enfants. Au fur et à mesure que les enfants grandissent, ils dépendent de cet amour et recherchent le confort, la sécurité et la direction. Le mari et la femme étaient là avant que les enfants n’existent, et, s’ils honorent leurs vœux et restent en vie et en bonne santé, ils seront là ensemble longtemps après que les enfants auront déménagé et créé leur propre famille. Si les conjoints donnent la priorité à leurs enfants, que font-ils avant la naissance des enfants et que feront-ils après leur départ? Et quoi qu’il en soit, comment peut-il être approprié et juste d’aimer un enfant plus que vous n’aimez la personne qui vous a donné cet enfant?

Il y a une raison pour laquelle notre pays est rempli d’enfants fragiles et narcissiques qui doivent sans cesse être le centre d’attention. Ils viennent de familles décomposées où les deux parents les cajolent et s’en préoccupent, tout en se négligeant l’un l’autre. Les enfants, malgré l’attention et les jouets, les belles vacances et tout le reste, finissent par se sentir déstabilisés et vulnérables. Ils ont tout ce que le monde peut offrir sauf la force stabilisatrice d’une mère et d’un père qui s’aiment activement et évidemment, c’est-à-dire qu’ils ont beaucoup de choses dont ils n’ont pas besoin mais ils n’ont pas la seule chose dont ils ont réellement besoin.

Tout dans une famille repose et dépend de l’amour entre la mère et le père. La famille vit ou meurt par elle. Nous pouvons tirer un bénéfice émotionnel en gâtant nos enfants, mais ce dont ils ont besoin – ce qui leur est le plus bénéfique -, c’est de voir un père qui honore sa femme et une mère qui respecte son mari. D’une manière ou d’une autre, que ça nous plaise ou non, ils en apprendront beaucoup plus sur l’amour en nous observant que sur les câlins et les baisers dont nous les couvrons.

Ainsi, est-il possible pour un homme d’ « aimer ses enfants » tout en jetant ses vœux conjugaux dans la benne à ordures et en traitant la mère de ses enfants comme une vieille voiture qu’il faudrait changer et remplacer par un modèle plus récent?

Pas de la manière qui compte le plus. Pas de la manière dont a besoin l’enfant.

john-mark-kuznietsov-397655-unsplash.jpg.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s